Reportage

Escalade

1/15
2/15
3/15
4/15
5/15
6/15
7/15
8/15
9/15
10/15
11/15
12/15
13/15
14/15
15/15

Escalade à Leonidio Péloponnèse - Novembre 2016

La fiche événement: Lien
______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Dernière sortie d’une saison en demi-teinte, Leonidio se devait d’être une réussite. Elle le fut. C’est le moins qu’on puisse dire…

Petite bourgade côtière d’Arcadie, située au Sud-Est du Péloponnèse à environ 3h de route d’Athènes, Leonidio aurait pu passer totalement inaperçue au regard de la « mouvance déverso-ascendante chamarrée», si Aris, guide local de haute montagne de notoriété désormais internationale, promoteur inégalable de l’escalade moderne et plus grand producteur de terrains de jeuLeonidio rupestres du pays, n’avait jeté son dévolu sur l’endroit…

Compte-tenu des similitudes culturelles, d’environnement , climatiques et du contexte géologique, il nous est difficile de faire fi de la comparaison avec sa cousine Kalymnos. Si Leonidio ne distille le charme insulaire si particulier de cette petite ile hellène qui fait aujourd’hui le bonheur de tant de grimpeurs, l’endroit n’en bénéficie pas moins de l’accueil affable et généreux des gens que nous avons pu y rencontrer. En outre, en harmonie avec Kalymnos, la configuration géologique typique offre ici au grimpeur, un terrain de jeu comparable qui plus est, planté dans un décor tout aussi magnifique. La vallée de Léonidio regorge de falaises encore inexploitées, et même si l'essentiel a été découvert, un potentiel énorme est pressenti. Ainsi, situé à quelques encablures au Sud, le site de Kiparissi, en plein essor également, devrait bientôt être relié à Léonidio par la route côtière. Car en effet, entre ces deux sites, Aris (toujours lui!) a découvert une calanque dont le projet d’équipement imminent devrait à terme sceller la mise à disposition d’un des plus fabuleux domaine de grimpe que la planète puisse offrir. Vous l’avez deviné. Il faudra bien un jour que nous y retournions. Et cette fois, nous n’attendrons pas une décennie...

Nous étions six joyeux lurons et luronnes engagés en parité parfaite dans l’aventure. La période choisie, la deuxième semaine de novembre, fut à postériori un excellent choix au regard des conditions climatiques dont nous avons pu profiter, au demeurant très favorables à la pratique de l’escalade (plutôt ensoleillées, mais jamais trop chaudes). Pour l’hébergement, nous avions opté pour une formule agréable et parfaitement adaptée de trois studios contigus avec vue sur la mer proposée par Dimitris Troumpas (www.troumpasfamily.gr/fr/rooms/) sur Plaka. Compte-tenu de l’orientation Est, chaque réveil était agrémenté  d’un lever de soleil extraordinaire sur la plage de Plaka. Nous avons connu pire!...

Face à l’offre pléthorique et au regard de la relative brièveté du séjour, le choix des sites fut comme souvent toujours cornélien. Il aura été conditionné par  la diversité des niveaux techniques du groupe, néanmoins bien influencé par la tentation d’aller visiter les Topo Leonidiosecteurs identifiés comme « à voir absolument ». Il est vrai qu’en matière d’escalade,  le spectaculaire est bien souvent de mise avec le haut niveau technique. En outre, sur l’ensemble des sites répertoriés, le centre de gravité du niveau de difficulté des voies apparaît plutôt haut perché avec bien souvent, un ticket d’entrée dissuasif pour qui ne s’échauffe pas dans le niveau 6 (les spécialistes apprécieront)!... Notons par ailleurs que les cotations observées ne présentent pas le caractère « commercial » bien gratifiant qu’il nous semble avoir ressenti sur les voies de Kalymnos. Ainsi, nos premiers pas sur les falaises de Leonidio n’ont pas suscité l’impression subite, surprenante et mystérieuse, d’avoir significativement progressé en escalade!... Cela ne remet toutefois pas en cause le grand plaisir que nous avons eu à fréquenter les lieux, et ne fait que renforcer le sentiment de fierté dégagé par les quelques perf’ sommes toutes épinglées à notre modeste tableau de chasse. Pour rester simple, on peut dire que le niveau global des voies est ici particulièrement élevé, ce qui, en dépit d’un périmètre de performance pour le groupe qui s’échelonnait de 5c à 7b tout mouillé, ne nous a pas empêché de trouver notre bonheur au sein de cet improbable et fantasque décor rupestre. Il suffisait simplement de fouiller un peu!

Fantasque semble être le mot qu’il convient d’employer pour qualifier l’outrance des formes et les couleurs de la roche locale. Jusque là, et après avoir fréquenté Kalymnos, nous pouvions légitimement douter du bon équilibre psychique du grand architecte du monde lorsqu’il s’est attaché à la création de l’espace géologique du territoire. Avoir fréquenté les falaises « Leonidiotes » nous renforce dans l’idée que notre grand créateur serait porté sur l’usage de substances fortement psychotropes. Il suffit d’observer les nuances de couleurs foutraques agrémentant les falaises courant du gris au rouge vif en passant par le blanc, le noir et toutes les tonalités d’ocres et de bruns, d’observer les formes époustouflantes de la roche déchirant le ciel telles des flèches de cathédrales, offrant à l’ouvreur des perspectives d’infinies envolées déversantes et circonvolutives invraisemblables conduisant si ce n’est au paradis céleste, au moins au firmament du plaisir sportif, pour en final en conclure que notre Bon Dieu ne devait pas sucer que de la glace!...

Néanmoins, et en dépit des effets délétères liés à  la prise de substances hallucinogènes, le résultat est particulièrement réussi. Il ne me semble pas exagéré de qualifier l’espace ainsi mis à disposition de véritable paradis pour grimpeurs. Outre les excellentes propriétés de la roche, la constance dans la qualité de l’équipement et  l’intelligence de l’itinéraire sont à saluer. Ici, en dépit d’un développement effréné, pas d’équipement anarchique. Cette fois, le Bon Dieu n’aurait rien à voir la dedans. Tout cela pourrait plutôt s’expliquer par l’application d’une règlementation locale imposant un cahier des charges sérieux sur la question. L’esprit d'Aris (encore lui!)  doit planer sur la région. En outre, les itinéraires sont signés par de grands noms de l’escalade moderne, dont les frères Remy connus par chez nous. Ce qui assure à priori le sérieux des réalisations…

Afin de garder trace de notre passage dans la région, voici l’inventaire des secteurs que nous avons fréquenté:

Dimanche:
Douvari: Orientation S. Magnifique vue sur la ville et sur la plage de Plaka. Belles envolées de 35m sur la partie Est avec calcaire gréseux ultra adhérent en partie basse, partie déversante plus exigeante sur le haut.
Rocspot: Orientation S. Calcaire brun-rouge en gouttes d’eau autant adhérentes que traumatisantes. Magnifiques envolées de 30 à 40m. Assez fréquenté.
        Superbe entrée en matière…

Lundi:
Twin Caves: Orientation O. Voies d’échauffement en dalles sur une bonne dizaine de voies du 5b au 6b+ sur secteur de gauche. Bon calcaire compacte type Verdon. Voies beaucoup plus dures sur le secteur de la Cave (prononcer Kève 13/15et comprendre grotte) avec des difficultés qui s échelonnent de 6c+ à 8b+ en gros dévers sur colonnettes, tuffa, Brocoli, etc… dans des nuances de couleurs du jaune au brun en passant par le gris. Plutôt réservé à l’élite…

Mardi:
Namasté: Orientation SO. Quelques voies dans le 5-6 en fait un opportun secteur d’échauffement avant départ sur Mars (Aurait pu être baptisé ISS, International Space Station). Belle vue sur la vallée de Leonidio.
Mars la bien nommée: Orientation E, donc à l’ombre l’après-midi. Invraisemblables envolées de 30 à 50m dans des dévers hallucinants par les formes et les nuances de couleurs de la roche. Secteur majeur et très fréquenté. Secteur S plus accessible en termes de difficulté avec une dizaine de voies du 6a+ au 6c+ en dalles verticales. Le secteur N  propose des itinéraires magnifiques et impressionnants dans les niveaux 6c+ à 8a sur de gros dévers interminables parcourus de colonnettes, stalactites, tuffa, brocoli sur un fond chromatique dominant rouge foncé. On est bien sur Mars! Faisant référence à l'oppression ressentie au pied de la voie, face à l'immensité de la tache à accomplir, s'y engager est aussi impressionnant et sensationnel pour moi que s'il s'agissait  de m’attaquer à la face Nord de la Sagrada Familia …

Mercredi:
Theos Right: Orientation S avec superbe vue sur la mer. Une dizaine de voies de difficulté échelonnée du 5b au 7a+ centré sur 6a-6b. Itinéraires d’une trentaine de mètres décomposés pour la plupart en deux parties. Dalle compacte verticale en partie basse puis dévers prononcé sur colonnettes sur la partie haute.

Jeudi:
Theos Pillar: Orientation SE. Belles dalles compactes sur un excellent calcaire en gouttes d’eau très traumatisant. Une dizaine de voies du 5c au 6c+.
Theos Cave: Orientation S avec superbe vue sur la mer. Escalade en gros dévers avec tout l’arsenal habituel de colonnettes, stalag, etc…. 7 voies Magnifiques du 6a au 7b toutes neuves . Peut-être trop neuves si l’on s’en réfère aux nombreuses chutes de pierres. L'un de nous nous a fait partir une stalactite. Le contact au sol de l’objet a eu l’effet d’une grenade à fragmentation, miraculeusement sans effet sur qui que ce soit. Port du casque fortement recommandé.

Vendredi:
Skiadianiko secteur Left: Situé à une dizaine de kilomètres à l’Ouest de Leonidio. Orientation S. Une vingtaine de voies en dalles du 4 au 6b. Calcaire compacte. Certains tracés ne sont pas nettoyés, copieusement moussus, il ne sont pas praticables sans une sérieuse intervention de brossage. D’autres itinéraires ont été très appréciés par nos grimpeuses du niveau 6a.
Skiadianiko secteur Right: Orientation S. Une quinzaine de voies dans un calcaire magnifique, gros devers et dalles cohabitent. Les difficultés s’échelonnent du 5c au 7b+ avec une bonne représentativité dans chaque niveau. Superbe!

Samedi: Contest escalade
Dornrochen: Orientation SO. Superbes voies d’une bonne trentaine de mètres sur un excellent calcaire à picots et gouttes d’eau (plutôt traumatisant). Les difficultés s’échelonnent de 5a à 6c+ avec une bonne représentativité dans chaque niveau. Très belle vue sur Leonidio Ouest.
King of Thrones: Orientation NO. Voies en dalle à droite de la grotte. Magnifiques et spectaculaires itinéraires dans la grotte, mais grosse fréquentation et beaucoup de bruit. Une vingtaine de voies dont les cotations s’échelonnent du 5c au 7b+.
Hot Rock: Orientation S. Superbe escalade en dalles sur un excellent calcaire brun-rouge en gouttes d’eau. Comparable à Rocspot en terme de physionomie de terrain et en distribution des difficultés, la  vue sur la mer en moins.

Information essentielle à l’attention des personnes projetant de venir grimper dans la région: Si vous souhaitez y tâter les joyaux locaux, sachez qu’en termes de longueur de corde,   80m est le minimum syndical…

Au global, 13 secteurs fréquentés sur environ 50, et une moyenne d’une cinquantaine de voies gravies par personne, soit environ 1300 mètres d’ascension en 7 jours  de grimpe sur un terrain de jeu extraordinaire érigé au sein d'un environnement Méditerranéen magnifique. Que du bonheur!...

Et comme il se dit qu’un bonheur n’arrive jamais  seul, le hasard a fait que notre séjour a pu coïncider avec l’organisation du premier festival d’escalade Festival Escalade Leonidiode Leonidio. Cet événement a regroupé l’ensemble de la « faune rupestre bariolée» locale du moment dans une impulsion de convivialité internationale et d’échanges fort sympathiques, le tout agrémenté comme il se doit d’animations diverses. Parmi celles-ci, des conférences, films, dîner, concerts, des séances de Yoga, de Pilate, de Zumba, divers concours, dont les traditionnels concours de pets, de lancer de nains, du « je te tiens, tu me tiens… », le cruel supplice de la poutre, et  bien entendu, les incontournables contests d’escalade en falaise. Aussi surprenant que cela puisse paraître en dépit du niveau général, l’équipe OXYGENE_PSA s’est particulièrement distinguée sur les animations, poutre et contest. Ainsi, Claude, notre étonnant super vétéran, capable de 7b à vue à 70 Printemps (Il vise logiquement le 8b à vue à 80 Printemps!), est longtemps resté classé 2ème au concours de la poutre (Chronométrage du temps resté en posture de grattonnage, pendu en appui partiel sur les premières phalanges desespérément crispées sur une toute petite prise aménagée dans une poutre suspendue à deux mètres au dessus d’un bassin grouillant d’alligators). Difficile de ne pas faire le rapprochement avec l’absurde et baufisante compétition bûcheronne de vitesse de tronçonneuse. Certes, c’est un peu stupide. L’animation garantit néanmoins une formidable dynamique d’ambiance, et nous nous sommes tous bien pris au jeu… Claude ne s’est pas fait bouffé par les gros reptiles, mais on a quand-même bien ri!... Notre cordée féminine Muriel-Virginie s’est quant-à elle, distinguée par une superbe 1ère place au contest dans la catégorie « Dames »!... Elles reviennent de leur séjour avec un magnifique lot: Une belle corde d’escalade de 80m...

Je vous l’avait annoncé en prélude, cette ultime sortie se devait d’être une réussite. Elle le fût. C’est le moins qu’on puisse dire!...

Rendez-vous désormais au printemps 2017 pour la prochaine sortie escalade. D’ici là, portez-vous bien.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 Le séjour en image : Lien sur diaporama complet