Reportage

Escalade

1/20
2/20
3/20
4/20
5/20
6/20
7/20
8/20
9/20
10/20
11/20
12/20
13/20
14/20
15/20
16/20
17/20
18/20
19/20
20/20

Escalade dans les calanques Marseillaises septembre 2017

La fiche événement:  Lien

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Pour la 13ème année consécutive,  point d’orgue du programme escalade, cerise sur le gâteau,  comme à chaque fois, la sortie Marseille annonce en apothéose l’épilogue imminent des festivités saisonnières.  Non pas que les autres événements de l’agenda ne soient pas dignes d’intérêt, bien au contraire. Chaque sortie est en soi une belle cerise sur un bon, beau et gros gâteau. Disons plutôt que pour cet événement atypique dont on ne peut nier l’invariable succès, le fruit confit apparaît placé au point sommital de l’édifice pâtissier… Les raisons y sont plurielles et maintes fois évoquées. En marge des incroyables possibilités offertes aux amateurs de grimpe, de randonnée, de plongée et autres activités nautiques qui font de la  région un havre de bonheur pour les amoureux de la nature et de sports de plein-air, il y a cette douceur du climatMarseille Méditerranéen, ces couleurs contrastées, ces lumières étranges, parfois surréalistes, cette atmosphère sauvage, parfois magique, ces parfums uniques,  ce décor exceptionnel, exotique, et bien sûr, ce paradoxe insolite résultant  de l’association des ambiances alpines et marines, minérales et aquatiques. Une chose est en tout cas certaine, en cette période de l’année où Paris a déjà revêtu sa parure des mauvais jours, nous sommes nombreux à aspirer fuir le sale caractère de Septentrion pour nous jeter dans les bras affables de Méridion… Ainsi, pour les Franciliens que nous sommes, à une période de l’année où les régions du Nord de la Loire ont déjà sombré dans l’ambiance grise et humide de la saison pré-hivernale, un break de quatre jours dans les Calanques Marseillaises début octobre offre l’illusion revitalisante, douce et sucrée ( pour reprendre une métaphore pâtissière) du prolongement estival. Evoquons également, notre formule d’hébergement comme l’une des composantes significative de la réussite. Logés en demi pension au gîte de l’hôtel Le Commerce à proximité du port de Cassis, passé le rush de l’été, nous profitons de la quiétude de ce charmant endroit au caractère authentique. Et puis, et surtout serais-je tenté de dire, n’oublions pas la présence de Raph, notre encadrant préféré, personnage ô combien sympathique aux yeux de tous, mais particulièrement de la gente féminine, dont la nonchalance de façade n’a d’égale que le professionnalisme qu’elle masque,   dont le programme permet aux moins aguerris de pouvoir s’émanciper dans l’environnement magnifique, néanmoins sauvage et parfois hostile des Calanques… Au risque de paraphraser les douze reportages précédents, je pense avoir ainsi dressé les raisons essentielles du succès inaltérable et légitime de notre sortie Marseille, avant dernier événement du programme escalade.

Depuis 2012 et l’application du décret de création du parc national des calanques, la règlementation d’accès s’est sévérisée. Ainsi Sormiou, Morgiou et le col de la Gardiole ne sont plus accessibles en voiture durant la période d’été. Cette dernière prend son terme le 1er weekend d’octobre. Or cet imbécile d’organisateur (en l’occurrence, moi), a confondu le 1er weekend d’octobre avec le dernier weekend de septembre. A sa décharge, le 1er octobre apparaissait cette année le dimanche, laissant de fait pas mal de place à l’ambigüité. En outre, en cette période où raccourcissent à vue d’œil les journées, il paraissait préférable de placer la sortie le plus tôt possible sur le calendrier. Sachez qu’en temps normal dans les calanques, la durée de marche d’approche moyenne pour l’accès à un même site, peu varier de une à cinq heures selon les aptitudes d’orientation des personnes concernées (véridique et vérifié!). Sachez également, que le site des calanques est champion du monde du nombre de bivouacs improvisés en paroi (véridique et vérifié! Suivez mon regard!...). Les restrictions d’accès augmentent sensiblement les durées de marche d’approche déjà bien copieuses (Encore un adjectif à connotation culinaire. N’oubliez pas que nous sommes sur la cerise placée au sommet d’un gros et copieux gâteau, ça monte, ça glisse, il faut garder l’équilibre, faire gaf!...). Ainsi, dans ces conditions de restriction, et compte-tenu de l’heure de tombée de la nuit, l’accès à certains sites n’est pas envisageable. On oubliera donc le secteur Devenson qui faisait pourtant partie de nos projets.

Dans ce contexte, notre terrain de jeu s’est alors cette fois concentré sur Sormiou avec accès pédestre, Lumigny-Candelle, Malvallon-Tête de la Mounine, Cap Canaille (qui, par la superposition de strates géologiques bien marquées, présente l'aspect étonnant d'une gigantesque patisserie. Eh oui, dans cet exercice d'écriture, on patine cette fois dans la farine et la chantilly),  et enfin, Les Topos_CalanquesEscampons-Aiguille des Baumettes.
Pas mal de découvertes dans ce programme. Sur Sormiou, nous avons déniché l’Arche Perdu la bien-nommée, tout au fond côté Est de la calanque. De nouveaux secteurs restent à explorer de ce côté, notamment Le Cirques, Les crêtes de Morgiou, … Sur Sormiou toujours, mais côté Ouest, certains ont découvert Dièdre Guem, sa belle ambiance marine et son accès « sélectif » à travers une brèche chatière qui permet  de passer côté mer. Tête de la Mounine était également pour nous une nouveauté. Décor magnifique, espace sauvage, belles voies typées old-school pour ceux qui aiment serrer les doigts… et surtout les fesses (Les connaisseurs me comprendront). Le dernier jour, alors que les plus aguerris se sont attaqués aux voies délirantes de Cap-Canailles, certains ont tenté d’observer le tour de ronde de la maison d’arrêt des Baumettes via l’ascension de l’arête du même nom. De nombreuses pépites restent à découvrir dans ces secteurs nouvellement explorés. Vivement donc notre prochain épisode Marseillais…

Je pense ne pas avoir besoin de vous préciser que la cuvée Marseillaise 2017 est à classer de nouveau au registre des meilleurs millésimes. Les mines réjouies, l'intensité des constellations occulaires et les commentaires de fin de séjour semblent en tout cas corroborer mon sentiment. Vous en connaissez désormais en détail les raisons et surtout, la recette. Seule difficulté à son élaboration: Placer précisément la cerise au sommet de l’édifice pâtissier sans trop faire d’ombre à celles disposées sur le nappage…
Merci à l’ensemble des participants pour leur dynamisme et leur bonne humeur, merci à Raph,  notamment pour la qualité de sa prestation, merci à mes parents de m’avoir permis d’exister et ainsi de vivre ces beaux moments, et puis,  merci aussi et surtout au Big-Bang qui, n'en déplaise à certains, serait à l'origine de tout…
Rendez-vous désormais en 2018 pour la quatorzième édition Cassisso-Marseillo-Calanquaise aux effets thérapeutiques avérés…

En attendant, organisée début Novembre en Sicile, l’ultime sortie du programme devrait selon toute vraisemblance, conclure  magnifiquement le programme 2017… Promis, on vous racontera!

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Le séjour en images:  Lien diaporama
Prochain événement: Lien