Reportage

Kite - Wake - Surf

Arnaud remontant au vent
Ulrich prend le temps de saluer
Thierry soulève une belle gerbe d'eau
Catherine en pleine traversée
Dominique à la manoeuvre
Olivier sur sa planche directionnelle
Simon, après son waterstart
Une partie du groupe avant la session

Kitesurf en Baie de Somme, 16 avril 2016

Nous avions retenu en début d’année,  le WE des 16 et 17 avril 2016, pour l’horaire de la marée basse : 15h14 et le faible coefficient de 45. L’horaire permet de naviguer en début d’après-midi, le coefficient  garantit 3 mètres d’eau à marée basse.  

 

Restait l’élément déterminant, le vent. Celui-ci doit être supérieur ou égal à 13 nœuds, l’idéal étant qu’il soit supérieur à force 4.  

Dès le lundi 11 avril, nous consultons les sites spécialisés qui estiment les prévisions. Celles-ci varient fortement d’un jour sur l’autre.

Le mercredi 13 avril, la situation semble se stabiliser avec un vent favorable sur le dimanche.

Le vendredi 15 avril matin, c’est le samedi qui est devenu favorable. Christophe, de l’Ecole de Kitesurf de la Baie de Somme (EKBS), pronostique également un vent favorable le samedi matin. Rendez-vous est pris à 12h sur le spot de La Mollière à Cayeux sur mer, 3 heures avant la marée basse. 

Dernier contrôle le samedi 16 avril, avant de partir : les conditions restent favorables avec un vent annoncé de 18 nœuds en début d’après-midi.

A 9h30, nous quittons nos différents points de co-voiturage autour de Paris : 8 riders prévus de naviguer avec les 2 moniteurs de EKBS ainsi que 2 autres riders, également de PSA, mais venus en autonome.  Durant le trajet, les sites de prévisions annoncent un vent à la baisse. C’est donc avec une certaine appréhension que nous rejoignons le spot : le vent sera-t-il au rendez-vous quand nous serons prêts à naviguer ? 

Arrivés sur le spot, le vent est toujours présent, des ailes sont à l’eau, des riders naviguent. D’autres riders parisiens ont fait le pari du vent et sont en train de se changer.  Nous sommes accueillis par Christophe et Frédéric, les moniteurs. Ce dernier revient de Dakhla, site où la section réalise sa semaine au mois de mars. 

 

Nous enfilons nos combi, l’air est à 10°, l’eau est annoncée à la même température, une averse se déclenche.  La motivation n’est pas à son maximum. Christophe nous équipe en aile de grande taille (14m², 12m² principalement), planche, harnais, gilet de sauvetage, chasuble, radio (pour capter ses conseils à distance dans l’eau) ainsi qu’en combi, chaussons, gants pour ceux qui n’en ont pas.

Nous rejoignons à pied, vers 13h, la dune de galets où nous gonflons nos ailes ; devant nous une grande étendue de sable de 150 mètres de large puis des bâches d’eau séparées par des bancs de sable dans lesquelles évoluent déjà une dizaine de kite. Le vent se maintient, la motivation remonte. Nous connectons l’aile et les lignes reliées à la barre. Les moniteurs nous lèvent nos ailes, les unes après les autres. A 13h30, les premiers riders PSA sont à l’eau. Nous naviguons avec un vent d’Ouest de 13 nœuds, dans les bâches, avec un courant de marée descendante favorable vers l’ouest. La vitesse du vent est la vitesse minimale pour naviguer : les riders confirmés doivent piloter, avec la barre, leur aile au mieux pour en obtenir la puissance maximale et tirer des bords qui les ramènent au point de départ. La levée de l’aile est parfois délicate. Simon, rider de niveau water start progresse bien et se met régulièrement debout sur sa planche, avec les conseils du moniteur. 

Après environ 2 heures 30 de navigation, vers 16h10, le vent chute à 8 nœuds. Il n’est plus possible de lever les ailes, de plus la marée monte, le courant s’est inversé et les bâches se remplissent de nouveau. Nous terminons là la session et retournons sur la dune de galets pour replier le matériel. C’est de la dune que nous apercevons Patrick, venu en autonome, qui galère avec son aile sur le deuxième banc de sable au large. Son aile à caissons ne lui permet pas de rentrer en navigant. Nous le voyons disparaître dans la bâche, puis réapparaître après de longues minutes sur le premier banc de sable : il a traversé à la nage la bâche en attachant son aile à sa planche, il traversera ainsi la première bâche pour nous rejoindre, ceci sous la surveillance à la jumelle de notre moniteur Christophe. Nous rangeons le matériel et à 17h30 repartons sur la région parisienne.

 

Une fois de plus, la session a mis en évidence l’incertitude sur les prévisions de vent qui transforment le déplacement en pari. Ce 16 avril, nous aurons navigué 2 heures et demi, dans du vent faible qui aura limité les manœuvres mais permis de progresser dans la navigation par petit temps.  Cela nous aura également montré que bien équipés, à 10°, eau et air, nous pouvions rider sans crainte du froid. Au global, ce ne fut pas la meilleure session que nous aurons faite en baie de Somme, mais elle nous aura tous fait progresser, à commencer par Patrick qui aura dû se débrouiller pour rejoindre la terre ferme. Les prochains WE de mai, juin 2016 devraient être plus chauds.