Reportage

Ski

1/10
2/10
3/10
4/10
5/10
6/10
7/10
8/10
9/10
10/10
Tof

Randonnée aux Confins janvier 2016

Fiche événement: Lien


Cette année encore, l’hiver a tardé. A fin janvier, il ne s’est pas encore imposé. Pourtant, lors de notre précédente sortie, il semblait enfin avoir posé ses jalons. Le froid était saisissant, la neige était tombée à profusion. Enfin, ça y était! Nous étions redevenus confiants pour l’avenir...

C’était sans compter sur l’emprise du redoux et son alchimie maléfique capable de transformer l’or blanc en mélasse  impraticable. Deux semaines après notre mémorable sortie à la Clusaz, de retour sur le secteur, les conditions de terrain ne présentaient  cette fois plus du tout le même attrait. Deux pas en avant, un pas en arrière. "Si t'avance et tu recule, comment veux-tu, comment veux-tu que je t'en..lace", chantait goguenard Boby... Malgré tout, la perspective d’une belle journée ensoleillée pour samedi nous préservait de la déprime... Mais pour combien de temps? Avec de fortes précipitations et un isotherme 0° placé au zénith, les prévisions météo annonçaient un dimanche catastrophique!... Les conditions pourries de l’édition Confins 2015 nous avaient pourtant motivé à reconduire l’événement sur 2016. Et cette fois encore, nous allions pâtir d’une météo difficile. Eh bien, qu’il en soit ainsi! "Let it be", chantait résigné, John! Nous sommes à la fois obstinés, acharnés, persévérants, opiniâtres, butés, résolus, tenaces, et entêtés, (mais tellement sympas!...), nous reprogrammerons les Confins  pour 2017 dans l’espoir de conditions enfin favorables...


Christophe à qui je cède la parole, a la gentillesse de nous proposer un récit du weekend parfaitement millimétré .
A toi, vazy Totof, prends le micro (et chuuut! Taisez-vous tous en bas, vous lui brouillez l'écoute!...):
Tof« Après une nuit calme et reposante, nous retrouvons notre guide David au départ de la télécabine de La Balme à 1300 m. Nous profitons d'une montée simple pour nous hisser très rapidement à près de 2500m. Nous devinons que vous vous dites "trop facile le ski de randonnée pour des sportifs hyper entrainés" !! Et bien la journée va être longue. Nous commençons par prendre l'air, il fait beau, un peu de vent (pour l'instant), et nous admirons le massif du Mont Blanc.
Les choses sérieuses vont commencer. Nous enchainons quelques virages pour filer à flanc de montagne. Direction la crête juste en dessous du sommet du Roualle à près de 2500m d'altitude, nous finissons skis sur l'épaule. Nous engageons notre première descente par la Combe de Bella Chat, la neige douce traffolée mais pas crouteuse, nous permet de se remettre en jambe et engager les premiers virages sautés du week-end. Tout le monde est ravi et apprécie le beau temps.
Nous rejoignons le bas de la combe à près de 2100m pour mettre une première fois les peaux de phoques. Une découverte pour certains, drôle de truc que tu colles sous tes skis et qui t'empêche de repartir en arrière !
Cette première montée se fera tranquillement et nous amène jusqu'à un petit col situé à l'Est de Tête Pelouse (2550 m) où les derniers mètres se feront sur une pente raide d'environ 40°. Voilà près de 400m dévorés sans trop de galère si ce n'est Michel qui rage avec ses peaux qui ne collent plus aux semelles.
Après un premier déphoquage et grignotages nous basculons de l'autre côté de la crête pour descendre par la Combe du Grand Crêt. C'est parti pour à nouveau 400m de dénivelé.
Au bas de la descente au profit d'un petit replat au soleil nous faisons une courte pause bien méritée.
Après ce premier ravito nous remettons les peaux et équipons nos fixations des couteaux à neige. Un couloir en neige dure à près de 45° nous permet de rejoindre le Trou de la Mouche à 2450m. A cet endroit une partie de la montagne s'est effondrée (rassurez-vous, il y a plusieurs milliers d'années !!!) formant un trou de prés 15m presque cylindrique, vraiment étonnant. En tout cas, spectaculaire. Le trou nous permet de passer de l'autre côté de la vallée, à cet endroit sous l'effet venturi, le vent nous "glace" les os.
Après une courte pause à l'abri du vent, nous voilà partis pour notre ultime descente de la journée sur plus de 1200m de dénivelés négatifs. Avec l'aide de la corde fixe posée par David, la descente démarre par une partie en dérapage sans difficulté majeures, mais il ne faut pas tomber (Barre rocheuse)!!
Cela nous permet d'atteindre le haut de la Combe de Paccaly., sur une neige douce et agréable à skier. Les virages s'enchainent à plus ou moins vive allure dans des grandes courbes. Sur la fin la neige plus dure fait travailler nos vertèbres  et sollicite sévèrement les élastiques de nos chausettes et sous-vêtements!!
Il est près de 17h lorsque nous rejoignons la vallée. Bilan de la journée 750m de dénivelés positifs et surtout 1950m en négatif, cela mérite bien une bonne douche !

Lien vers le track de samedi (incomplet) :  Lien

Le deuxième jour s'annonce sous une météo capricieuse, annonçant un isoterme 0° et une limite pluie/neige qui ne cessent de s'élever durant la journée pour atteindre 2500m dans l'après-midi. La motivation n'est pas au même niveau au sein de l'équipe.
David nous rejoint au gite lors du petit-déjeuner, il nous propose d'aller faire un tour du côté de La Giettaz à 1300m d'altitude. Ce n'est pas très loin, environ 15kms de voiture. Difficile de se motiver en constatant les trombes d'eau dehors. Malgré tout, rendez-vous pris pour récupérer David à 9h30 à La CLusaz.
Nous voilà tous équipés et en voiture pour aller à La Giettaz. A près de 1500m d'altitude, nous passons le col des Aravis sous la neige avec la route toute blanche. La motivation remonte, un peu. La descente vers la Giettaz permet de constater que la limite pluie neige est située à 1350m, vraiment bof, nous allons devoir démarrer sous la pluie...
Nous voilà au départ au lieudit Le Plan à 1250m, pas de déluge mais une pluie fine continue. David nous prête des capes et des sacs poubelle pour protéger nos sacs.
Très rapidement après une montée en forêt nous dépassons la limite pluie neige. La couche fraiche de plus de 20cm nous remonte le moral. Il ne fait pas très froid et peu de vent. Nous longeons la crête qui nous protège d'éventuelles coulées de neige (le risque est remonté à 4 avec le redoux et les fortes chutes de neige annoncées à plus de 60cm à 2500m).
Après la Tête de Ramadieu à 1750m, nous sortons de la forêt et l'ambiance change d'un seul coup, la neige sous forme de grésil tombe à l'horizontale, nous ressortons les bonnets et gants pour ceux qui ne les avaient pas mis. La Croix de Pierre Faki, à 1950m, nous redonne le moral, la descente est proche ? Pas tout à fait !! La montée continue en pente douce. Nous décidons de nous arrêter à 50m du sommet du Petit Croisse Baulet situé à 2000m d'altitude. Rapidement nous déphoquons et après avoir dévoré quelques friandises nous engageons la descente.
On n'y voit pas grand-chose mais quel plaisir de skier sur une neige fraiche immaculée de plus de 30cm avec des mouvements de terrain que l'on découvre lorsque nous quittons le plancher des vaches. Nous traversons de larges zones où chacun peut laisser sa trace. Quelques chutes sans gravité agrémentent la descente de certains. Sur la fin nous repassons sous la limite pluie-neige. La neige devient plus lourde, la prudence s'impose.
Ca accélère puis coup de frein brutal, ça repart, ça refreine...Le fameux effet ventouse provoqué par l'air soudain absent de la structure de nos skis, heureusement que les fixations sont bien serrées !
Une rapide pose est prise sous l'auvent d'un chalet d'alpage "abandonné" durant l'hiver.
La descente se termine, sous la pluie, tous trempés mais heureux d'avoir terminé notre week-end tous ensemble. Un grand merci à super David qui a su nous dégotter, ce dimanche, une virée qui s'annonçait compliquée tant par la météo que par l'exposition aux risques de la montagne.

Après une deuxième année où le dimanche s'effectue dans des conditions difficiles, nous prenons rendez-vous l'an prochain avec David dans les Aravis, en espérant le beau temps et une neige de cinéma !

Quelques derniers mots pour remercier David et les guides/pisteurs de La Clusaz qui ont su nous dépanner de pelles, sondes et DVA restés sur Palaiseau.

Lien vers le track de dimanche : Lien   »         Merci Totof.


A très bientôt.

La sortie en images : Diaporama complet