Reportage

Ski

1/10
2/10
3/10
4/10
5/10
6/10
7/10
8/10
9/10
10/10

Freeride à La Grave mars 2016

Fiche événement: Lien
Reportage JT 20h sur Snowlegend La Grave: Lien


Plus que deux petites années avant que nous puissions annoncer la décennie de fidélité à La Grave, soit, les dix ans de récurrence indéfectible de l'événement au programme des sorties ski Oxygene_PSA. Une telle assiduité ne se construit pas sans raison. En outre, depuis la première sortie que nous avons organisée en ce lieu mythique, nous en avons tout dit ou presque. Il va me falloir beaucoup d’imagination pour trouver encore de quoi développer les propos sur l’endroit. Ainsi, seul, face à ma page blanche, j’empoigne mon stylographe à pointe moyenne, inspire un grand volume d’air pollué, avale deux bonbons au gingembre, dans l’espoir que l’inspiration ainsi stimulée pourra d’un trait me permettre d’honorer mon devoir de narrateur angoissé... Allons-y.

Je pourrais vous dire que le massif de la Meije est un spot de renommée mondiale pour le ski hors piste et la randonnée. Que, compte-tenu d’une altitude globalement élevée des itinéraires, la neige y est légère et abondante, avec des cheminements à l’infini sur 2400 mètres de dénivelés. Je pourrais vous dire que c’est un paradis blanc pour les amoureux de la montagne. Mais tout cela, je vous l’ai déjà dit, écrit et développé mainte fois...

Je pourrais vous dire que cette sortie est atypique, exigeante tant en terme de technique que de condition physique, voire de prédisposition psychologique. En cela, la formule est très clivante. Ainsi, je pourrais vous dire que certains ne viendront jamais. Que d’autres ne reviendront plus. Mais qu’heureusement, la plupart, après y avoir gouté, ne jurent que par cette sortie considérée dès lors comme incontournable. Mais tout cela, je vous l’ai déjà dit, écrit et développé maintes fois...

Je pourrais vous dire que nombreux sont ceux qui ont aimé cette ambiance de haute montagne, ambivalente, à la fois attirante, et terriblement hostile, ces espaces sauvages, ces décors grandioses et magnifiques, ce fantastique terrain de jeu d’un moment sur lequel nos guides, dont la nonchalance de façade n'a d'égale que le professionnalisme hors pair qu'elle masque, ont su nous trouver "les p'tits coins qui vont bien" dont ils gardent précieusement le secret. Mais tout cela, je vous l’ai déjà dit, écrit et développé maintes fois...

Et enfin, je pourrais vous dire que pour toutes les raisons évoquées, la Grave reste un pilier incontournable du programme ski Oxygène_PSA. Que l’événement est attendu avec impatience par les habitués, avec une pointe d’angoisse par ceux qui ne connaissent pas encore. Qu’il ne laisse assurément pas de marbre. Mais tout cela, je vous l’ai déjà dit, écrit et développé maintes fois...


Bien entendu, chaque sortie garde malgré tout sa part de singularité. Et heureusement. La cuvée 2016 s’est distinguée par une météo agréable, un enneigement « ancien » donc généreusement trafolé (pas ou peu de champ de neige vierge) néanmoins agréable à skier, et des itinéraires majeurs rendus accessibles compte-tenu de conditions de stabilité satisfaisantes.

Ces cheminements exceptionnels sont accessibles via le magnifique glacier de la Girose. Véritable plaque tournante (et glissante...), il distribue l’essentiel des grands itinéraires engagés. Après avoir évolué sur les vastes étendues du glacier sur environ les deux tiers de sa longueur praticable à skis, une limite matérialisée par un simple câble tendu sur des piquets contient les ardeurs du skieur. Cet aménagement lui indique qu’au delà, il bascule vers les itinéraires dits « à corde ». Franchissant cette frontière sans équipement spécial et les compétences associées, notre malheureux skieur, à l’issu d’une progression en couloir débouchant sur une falaise,  bloqué là, s’exposerait à conjuguer le verbe « sommedéquer » à la première personne du pluriel, jusqu’à ce que mort s’ensuive... Aïe aïe aïe!...

Profitant de l’appui des compétences de nos guides, nous faisons partie des privilégiés « autorisés » à évoluer dans ces espaces uniques, magnifiques, mais terriblement hostiles...

Samedi, après l’habituelle matinée « d’adaptation », nous avons pu enchaîner le couloir « Banane »  et l’itinéraire des Fréaux. Dimanche, point d’orgue du séjour, exceptionnelle journée de ski avec l’enchaînement du couloir central de Chirouse, puis de la Voute. Pas loin de 5000 mètres de dénivelé en glisse et de plaisir pur. Lundi, changement de programme et d’ambiance avec une tranquille et néanmoins magnifique randonnée sur le plateau d’Emparis via le Chazelet. Remarquable belvédère sur le massif de la Meije, ce parcours présente en outre l’intérêt de nous offrir un point de vue unique sur les itinéraires pratiqués les deux jours précédents. Le séjour se terminera en apothéose par une descente endiablée sur un vaste champ de neige vierge croutée, soit à peu de chose près le pire de ce qu’on peut trouver à skier et qu’on essaie habituellement d’éviter. Nos skis large y font merveille! Jamais nous n’aurions imaginé skier aussi vite sur une telle neige et d’en tirer autant de plaisir.  Vraiment étonnant et enthousiasmant! Nous avons, comme il se doit, tous fini le séjour les zygomatiques tendus à l’excès!... Contrat rempli.

Oui, La Grave 2016, restera alors assurément un grand millésime.

 


La sortie en images : Diaporama complet
                                              La video de Séb

 

Prochain événement: Lien